La bisexualité existe. Ensemble, défendons-la !

Bi’Causerie – Association Mix-Cité

Compte rendu de la Bi’Causerie du 11/12/2000
Nous avons reçu l’association Mix-Cité, mouvement mixte pour l’égalité des sexes

 

Bi’Cause recevait quelques membres de Mix-Cité le 11/12/00.
Dans un premier temps, ceux-ci nous présentèrent l’historique, les objectifs et les activités de leur mouvement. Pour en savoir plus, voir son site : http://www.mix-cite.org/index.php3
([http://www.multimania.com/mixcite adresse de 2000)]

Mix-Cité est née d’une prise de conscience à la suite de deux événements : en 1995 eut lieu la manifestation unitaire pour les Droits des Femmes, à laquelle participèrent 45000 personnes, et en 1996 se tinrent les Assises féministes.

L’association est féministe, c’est-à-dire qu’elle veut rétablir l’égalité entre les sexes, au sein d’une réflexion plus globale : la lutte contre la notion de genres masculin et féminin.
Ce n’est pas du « néo-féminisme ». Dans l’antisexisme, il manque notamment l’idée de la liberté de disposer de son corps, donc Mix-Cité ne se définit pas uniquement par ce mot.
Ce féminisme implique:

  • la lutte contre l’homophobie et la lesbophobie,
  • la mixité (ce n’est pas un gadget, elle est consubstancielle à l’association),
  • l’antisexisme (lutte contre les stéréotypes masculins),
  • la solidarité sociale (Mix-Cité appartient au Collectif national pour le Droit des Femmes).

Elle compte environ 150 adhérent/e/s, dont un quart d’hommes. Il existe une antenne à l’université de Toulouse-Le Mirail, plus une section de Mix-Cité à Orléans et une autre à Marseille. L’indépendance de Mix-Cité est garantie statutairement. Son fonctionnement est le plus démocratique possible, elle tient une assemblée toutes les trois semaines, tous les adhérents peuvent voter, et des réunions ouverts à tous les adhérents se tiennent chaque semaine. Un collège de cinq représentants fait fonctionner l’association. La première année il a fallu recréer une culture féministe (certains n’étaient pas militants ou pas militants féministes).

Thèmes évoqués dans les réunions : parité, science et différences des sexes, théories psychanalytiques, féminisme et sport…
Contacts avec d’autres mouvements et organisations comme les Nanas beurs, le Planning familial, …

Activités : débats (machisme et séduction, parentalité…), actions visant à toucher l’extérieur : manifestation aux Galeries Lafayette en 1998, en 1999 un colloque à la Sorbonne, un journal trimestriel, interventions dans les médias, participation à la journée mondiale des Femmes, aux 25 ans de la loi Weill (15 janvier 2000), à la pétition pour la gynécologie médicale, etc…

Pôle jeunes : issu d’un texte créé conjointement avec d’autres associations: « Fier(e) d’être féministe ».

Signature du Manifeste pour l’Universalisme. Projet de loi/de lutte contre l’homophobie et la lesbophobie à la suite de la manifestation aux Galeries Lafayette (2 mois plus tard, le projet a été repris par d’autres associations). Participation au mouvement « Génération PACS ».

Projets et perspectives : groupes de travail sur les crèches et sur le site Web, travail préparatoire à la journée de la Femme 2001 (8 mars) : éducation, famille…
Participation aux Universités d’Eté Euroméditerranéennes des Homosexualités.

 

Dans un deuxième temps, nous avons posé des questions.

Question : les notions d' »homme » et de « masculin » sont-elles liées ?

De la même façon qu’il y a une « invention de l’homosexualité » et une « invention de l’hétérosexualité » (voir le livre qui va sortir et qui portera ce titre), la masculinité est une invention.
Le féminisme est une lutte plus ou moins arbitraire puisque le féminin est arbitraire, mais c’est une lutte basée sur un constat pratique : les femmes sont lésées. (On dit que dans les divorces, les mères sont privilégiées dans la garde des enfants et que la justice est sexiste au détriment des hommes, mais dans la réalité on voit que la plupart des pères (85%) ne demandent pas la garde.)
Affirmer que le masculin est une invention, c’est soustraire les hommes à la virilité sociale, redonner aux hommes l’occasion de vivre leur vie.

Question : avez-vous fait bien accepter le mot « politique » parmi vous (à Bi’Cause la lutte politique ne semble pas la préoccupation première des adhérents et des membres actifs) ? Que pensez-vous de la parité?

Mix-Cité est une association politique et non catégorielle.
Elle est contre le travail de nuit des femmes parce qu’elle est contre le travail de nuit tout court, qu’elle juge aliénant.
Ce que peut apporter une femme en politique, c’est de l’aide. Mais contrairement à ce qu’on dit, elle n’apportera pas spécialement de la douceur, de la finesse…
La parité en politique est un sujet épineux au sein de Mix-Cité. Au départ, les membres y étaient opposés, pour des raisons universalistes et féministes. En même temps, la parité peut être un levier pour obtenir plus. Finalement, la position de l’association est contre sur le principe, mais pour du point de vue politique.

Question : que pensez-vous du PACS et du mariage ?

L’aboutissement logique du féminisme est la séparation entre reproduction et sexualité et donc entre autres la possibilité de faire des enfants pour les homosexuels. Certains membres de Mix-Cité souhaitent abolir le mariage civil, d’autres non, il n’y a pas de position officielle sur ce sujet.

Question : quels sont vos contacts en politique ?

Mix-Cité a fait partie d’ATTAC mais a dû le quitter faute de moyens financiers. Elle a aussi participé à la Fondation Copernic (contre l’idéologie libérale).
A propos de la politique, on remarque une évolution lente parmi les hommes, qui commencent à écouter les femmes. Auparavant, il était très difficile de se faire entendre quand on était une femme.

Sur le sexisme et l’homophobie au quotidien :

Dans un livre sur l’amour expliqué aux enfants, on a remarqué des propos homophobes (avec l’idée que « ces personnes » s’isolent et vivent mal cette orientation).
La vigilance ne doit pas seulement s’exercer dans la vie sociale, elle doit aussi porter au sein du couple au jour le jour, ce qui n?est pas forcément facile, même pour les membres de Mix-Cité!
Le sexisme vient aussi de certaines femmes.

Question : rien n’a changé dans la mentalité des hommes en trente ans, contrairement à l’évolution des mentalités parmi les femmes. Qu’en pensez-vous ?

C’est exact, les femmes ont poussé les hommes hors du féminisme dans les années 1970. Grâce à tout un travail de fond effectué par les femmes, Mix-Cité peut exister en tant que groupe mixte.
Doit-on organiser dans une association mixte des réunions non mixtes’ Mix-Cité a tenté l’expérience, qui n’a pas été concluante. Mais elle n’est pas contre les lieux non mixtes.

Question : que faites-vous dans le domaine de l’éducation?

Les objectifs dans ce domaine sont de sensibiliser les enseignants à l’existence du sexisme et créer un organisme de vigilance. Les actions consistent à intervenir dans les classes, produire des questionnaires et un groupe-école fournit une exposition ambulante.

Pour finir, voici un point sur la situation actuelle des femmes :

D’une manière générale on note des progrès, mais l’École Navale par exemple n’a ouvert ses portes aux femmes qu’en 1995 ! Le salaire moyen des femmes est encore inférieur de 30% à celui des hommes à compétences égales. Paradoxalement, il y a même eu régression depuis que les Grandes Écoles sont mixtes ! Dans les classes mixtes, il y a un problème de représentation de soi et d’autocensure de la part des jeunes filles, ce qui fait que peu d’entre elles se tournent vers des études scientifiques.
Les hommes ont augmenté de 10 minutes par jour leur participation aux travaux ménagers… en 30 ans. Et on appelle plutôt ça « aider » aux tâches ménagères…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

© 2015 Bi'Cause, c/o Centre LGBT Paris-ÎdF, 63 rue Beaubourg, 75003 PARIS, Tel 07 68 01 26 92