La bisexualité existe. Ensemble, défendons-la !

Biphobie de la part d’une lesbienne

Biphobie de la part d’une lesbienne, au festival lesbien et féministe Cineffable :

Voici le mail que j’ai envoyé à Cinefable :

Je suis allée, hier, le vendredi 1 novembre, au festival Cineffable, festival lesbien et féministe. Au cours du visionnage d’un court métrage, The Confession of father John Thomas, où il a été rapidement question d’une bisexuelle, une femme a dit tout fort dans la salle « salope » puis « traîtresse».

En tant que bisexuelle, j’ai eu l’impression qu’on me disait « salope » en face, entre quatre yeux. Car le compliment s’adressait à moi, même indirectement’ J’en ai été choquée.

A la fin du visionnage, je suis allée lui en parler. La femme a été confondue et a dit pour sa défense qu?elle parlait d’autre chose, mais pas de la bisexuelle. Ah bon « Il s’agit d’un hasard très très malencontreux » Puis elle a dit que c’était de l’humour. Ah bon ? Et « sale gouine », c’est de l’humour, ça aussi ? Malheureusement, nous n’avons pas le même sens de l’humour…

C’est d’autant plus choquant, que cela s’est produit dans le contexte d’un festival qui lutte contre les discriminations à caractère sexuel. Même si ce festival est lesbien, je pense qu’on ne peut pas s’arrêter là et ignorer les autres discriminations envers les autres personnes LGBT.

Je ne sais pas si cette femme biphobe est une exception ou si elle reflète l’état d’esprit de l’ensemble des festivalières (j’ose espérer que c’est la première option).

Mais comme, apparemment, l’égale dignité entre lesbiennes et bisexuelles n’est pas reconnue par tout le monde, je pense que ce serait bien de faire une annonce en une minute à toutes, pour leur expliquer qu’il y a eu des insultes biphobes dans le cadre du festival et rappeler que vous êtes contre ce type de comportement.

Qu’en pensez-vous ?

Sinon, le festival était intéressant : beaucoup de courts métrages m’ont plu et la conférence sur le point G était passionnante.

PS : J’envoie une copie de ce mail à SOS Homophobie, à Bicause, dont je suis adhérente, et au centre LGBT.

Voici la réponse de Cineffable :

Bonjour,

Désolée pour cette réponse tardive mais nous sommes toutes sur le pont…

Cet incident est heureusement rare, le festival se déroule toujours dans une ambiance d’échanges et de partage où les propos « -phobes » n’ont pas leur place. Nous espérons que vous avez pu le constater à d’autres moments et profiter du festival.

Il est difficile de répondre sur l’idée d’une annonce, nous devrions en parler en groupe (c’est le principe de fonctionnement de l’association), mais le temps va nous manquer, nous sommes toutes affairées à différentes tâches pendant le festival.

Néanmoins sachez que votre message a été transféré aux organisatrices.

Voici ce que j’en pense :

Ce dérapage langagier n’est certes pas de la faute de Cineffable, qui m’a réaffirmé son rejet de toutes les « phobies », et m’a assuré que c’était un accident exceptionnel, ce que je veux bien croire. Néanmoins, Cineffable n’a fait aucune action de réparation, à part transmettre l’information à sa direction. De plus, je suis la seule à m’être plainte, alors que d’autres femmes (pas toute la salle) ont entendu ces mots. Et c’est grave, car cela montre l’indifférence de certaines lesbiennes face à la biphobie.

Quant à moi, je ne suis pas d’accord avec la politique de Cineffable : la mienne est d’abolir les barrières lesbiennes/bies/trans, d’associer ; tandis que la leur est de les maintenir, de diviser. Cette vision est ancienne, et à mon sens, dépassée : aujourd’hui, il est bon d’associer aux autres les bis et les trans, qui sont plus récents sur la scène lgbt (anciennement gai et lesbienne, nouvellement lgbt, justement), ce qui se fait avec l’Inter-lgbt. Lors d’une discussion informelle avec deux organisatrices de Cineffable, elles ont dit que les lesbiennes faisaient leurs réunions entre elles et que les bis, les trans faisaient leurs réunions entre eux/elles. C’était on ne peut plus clair.

J’ai proposé qu’on associe sur l’affiche « festival lesbien, bi, trans, et féministe », mais elles ne le veulent pas. Elles pourraient au moins mettre un PS sur l’affiche comme quoi les femmes bies et trans sont aussi acceptées, et pas seulement que c’est « réservé aux femmes » (terme flou, non défini : qu’appelle-t-on une femme ? Un trans est-il considéré comme une femme, comme un homme ou comme les deux ? Et les intersexes ?), pour que cela soit écrit noir sur blanc qu’on est les bienvenues. Elles m’ont juste dit oralement qu’en tant que bie, j?avais le droit de venir. Ouf !

Cette vision des choses a pour conséquence de ne pas lutter contre la biphobie et la transphobie, et d’invisibiliser la bisexualité et la transsexualité. Comme par hasard, c’est dans cet événement purement L que des propos biphobes ont été dits, par des lesbiennes qui croyaient être entre elles, sans les traîtresses au service des hommes. De tels propos n’ont pas été dits dans les événements ouvertement lgbt… Il y a un lien entre théorie et pratique : donc, pour avoir une bonne pratique, il faut avoir une bonne théorie. A bon entendeur, salut !


Sur l’ancien site plusieurs discussions ont eu lieu suite à cet article. Les voici.

Ploum – le 11 septembre 2014

Bah oui ma cocotte, mais c’est comme ça, les lesbiennes ne peuvent pas blairer les bi. Nous sommes trop exclusives pour accepter de passer derrière un mec, ou partager avec(quelle horreur). En outre, depuis que je fréquente le milieu homo, je peux te dire que je n’ai jamais rencontré de bi, par contre, des lesbiennes qui ne s’assumaient pas, j’en ai rencontré, et elles se disaient toujours « bi ». Alors la femme qui a crié « salope » et « traitresse », ben c’est peut être dur à entendre, mais c’est le cri du coeur. Les bi ne peuvent se satisfaire d’un sexe, elle programment déjà la fin de la relation pour aller avec l’autre sexe, alors qu’elles soient mal accueillies ensuite, ben faut pas s’étonner, hein. Mon conseil, c’est que tu sortes avec des bies, comme ça vous serez à armes égales..mais n’essaye pas de te faire accepter des lesbiennes, ça ne marchera pas, nous sommes trop exclusives et entières pour accepter des bies.

 

Gabriel-le – le 11 septembre 2014

Bonjour Ploum,

Tout d’abord merci de lire notre site et de prendre le temps de réagir aux articles.

Je dois malheureusement te signifier que les propos que tu tiens sont pour certains à l’emporte pièce (“ les lesbiennes ne peuvent pas blairer les bi”, il suffit que je trouve une lesbienne qui apprécie les bi pour que ta phrase soit fausse) et la plupart biphobes.

Le discours que tu exprime est à l’exacte opposé de ce que nous défendons. Nous défendons le fait que chacun puisse s’affirmer comme il/elle le souhaite et que ce choix soit respecté par les autres.

N’oublie pas qu’il y a autant de bisexuelles que de lesbienne et dans ces deux “catégories” tu rencontreras des personnes que tu appréciera ou pas, mais ce n’est pas la binarité comme tu l’écris.

L’association Bi’Cause travaille sans soucis avec des associations et des personnes lesbiennes et de ce fait travaille au rapprochement des deux “identités” afin que des propos comme ceux que tu as écrit n’ai plus de pertinance à exister.

Bonne continuation à toi, et si ce message ne te fait pas changer maintenant d’opinion, j’espère qu’un jour, parce que tu auras rencontré d’autres personnes, a ton tour tu condamne de tels propos.

Associativement
Gabriel-le

 

kaena – le 15 novembre 2015

je viens de poster un message et si vous avez des pistes pour lutter contre ça et avoir des solutions…

 

? – le 4 août 2015

Bonjour et léger bémol.

Je suis bi et en couple avec une lesbienne qui a du mal à accepter certains traits de ma bisexualité mais qui fait son possible pour accepter et comprendre par amour…

 

kaena – le 15 novembre 2015

ploum quel belle exemple de biphobie tu nous donne magnifiquement outrageux.

je suis tomber sur cette page juste parce que j’étais choquer par l’accueil des lesbiennes sur un groupe de fb par rapport au bi. et j’ai publier ce message :

COUP DE GUEULE !
bonjour à toutes,
J’ai décidé d’être membre de cette page car je suis bi et il est parfois compliqué de parler à des personnes qui peuvent me comprendre. En venant ici je pensais que je serais d’avantage comprise et soutenue. Pendant des années le milieux de l’homosexualité a été en proie à de nombreuses formes de discriminations amenant des jeunes gens à préférer la mort que de vivre et de supporter la pression des gens.
C’est avec horreur que je remarque depuis quelques jours certains messages Biphobe sur ce site. Je suis choqué et degouté que certaines personnes puissent perpétrer la discrimination surtout dans le milieu lesbien. Bien que je puisse concevoir certaines appréhensions, je condamne ce type de propos au même titre que les propos homophobes.
C’est pourquoi je demande à ce que des propos soit prohibé et geré par les personnes responsable de cette page.
Pour ma part je suis blessé, je m’insurge et soutien les femmes qui ont subi les mêmes propos. OUI je prend le risque d’en prendre plein la gueule mais attention…

Pour toutes celles qui ne comprenne pas ce que c’est d’être bi, je vais expliquer mon point de vue. Comme vous ce n’est pas un choix. C’est être attiré par les deux car ce n’est pas tomber amoureuse d’un sexe mais d’un ETRE. C’est juste aimer la personne pour ce qu’elle est peu importe son sexe. La liberté c’est aussi avoir le droit de ne pas faire de choix et de vivre comme on l’entend dans le respect de chacun, chose qui par moment me parait avoir été oublié parfois ici.

J’espère que ça peu peut être ouvrir les yx mais les gens sont outrer de propos homophobe mais biphobe non ???? ça me dégoûte… alors que je prône la tolerence !

Ajout lors du transfert des commentaires, le 17 février 2016 :

L’association Bi’Cause n’accepte pas les propos biphobe sans réaction. Nous ne sommes pas pour la censure. Aussi, les propos de Ploum ont été laissé comme tel, avec notre réponse dessous. Nous pensons que c’est par de la discussion que l’on arrivera à faire évoluer les choses et l’association soutient toutes les personnes discriminées pour cause d’orientation sexuelle et/ou identité de genre.

Gabriel-le

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

© 2015 Bi'Cause, c/o Centre LGBT Paris-ÎdF, 63 rue Beaubourg, 75003 PARIS, Tel 07 68 01 26 92