MANIFESTE DES PERSONNES Bi, Pan et plus

drapeaux bi et pan fondus enchainé

MANIFESTE DES PERSONNES Bi, Pan et plus

Version provisoire, publiée le 02/12/2020

Le Manifeste, dont la conception a commencé dès la création de l’association, a été publié en 2002 et réactualisé en 2007, puis en 2017, afin notamment d’y inclure la pansexualité. La version ci-dessous a été adoptée par le Conseil d’Administration, et sera être soumise à l’Assemblée Générale de début 2021

DE NOS IDENTITÉS :

Nos orientations ont toujours existé. Nos identités existent parce que nous, bi et pan, dans notre diversité, nous nous déclarons comme tel·le·s.

Elles représentent nos êtres et notre rapport au monde, et non un effet de mode.

Nous sommes attiré·e·s affectivement et/ou sexuellement :

  • par des personnes de plus d’une identité de genre (notion de bisexualité mise en avant, de longue date, par Bi’Cause), ou
  • sans considération de genre (une définition de la pansexualité),

que nous ayons ou non des pratiques sexuelles, que chacun·e d’entre nous considère, ou non, son orientation sexuelle et/ou affective comme évolutive ou en questionnement.

Ces positionnements, nous les assumons.

Nous ne différons des personnes monosexuelles – hétérosexuelles et homosexuelles – que par cette attirance possiblement plurielle, ou par les variations d’attirance sexuelle et/ou affective telles que caractérisées par l’asexualité et l’aromantisme.

Nous aimons vivre nos désirs, nos plaisirs, nos amours, successivement ou simultanément.

Nous les vivons, comme chacun· e, de façon permanente ou éphémère.

Nous nous octroyons un large choix de possibilités sexuelles et/ou affectives, qui puisse aller de l’absence de relation au multipartenariat.

Nous vivons notre identité et/ou la diversité de nos pratiques, dans le respect absolu du consentement explicite des personnes, ainsi que dans l’application des dispositions légales à cet égard.

Chacun·e a la volonté de l’assumer seul·e ou avec les autres, et cela nous est commun.

DE LA DIGNITÉ :

Nos identités ne sont ni plus dignes ni moins dignes que les identités monosexuelles. Rappelons que le conseil de l’Europe1 considère à égalité l’hétérosexualité, la bisexualité et l’homosexualité, même s’il pourrait être encore plus inclusif.

Pour nous, la liberté ne consiste pas seulement en ce que l’on peut choisir sa vie, mais aussi en ce que l’on peut en changer.

Nous ne pouvons nous accomplir si nous devons sacrifier notre être profond.

Nous luttons contre toute hiérarchie des genres et remettons en cause la prévalence masculine. Nous respectons l’auto-définition en matière d’orientation sexuelle et/ou affective comme d’identité de genre de chacun·e. Nous luttons ensemble et recherchons en permanence les convergences contre la norme hétéro-cis-sexiste2.

Nous refusons également tout ce qui relève d’une normativité gay ou lesbienne qui tendrait à réduire la sexualité aux deux seules catégories hétérosexuelle et homosexuelle.

Nous luttons contre tout ordre normatif masculin ou féminin et ses stéréotypes, qui imposent la marginalité aux personnes homo, bi, pan, asexuelles, transgenres, intersexes, non binaires, queer, etc.

Nous revendiquons avec fierté une orientation sexuelle et/ou affective qui permette à chacun.e de vivre ses désirs sans être stigmatisé.e.

À cette fin, nous promouvons notre visibilité et la valorisation de différentes figures d’identification, notamment, bisexuelles et pansexuelles.

Nous combattons la biphobie, la panphobie et autres discriminations en rapport avec l’orientation sexuelle et/ou affective ou l’identité de genre, y compris en soutenant et en aidant les personnes dans le quotidien. Nous œuvrons à éradiquer les multiples difficultés qu’elles entraînent sur le plan social, familial, économique, sanitaire…

Pour ce faire, nous nous élevons contre la hiérarchisation des comportements sexuels et affectifs encouragée ou perpétuée par des pouvoirs, autorités et personnalités dans les domaines religieux, médical, juridique, scientifique, médiatique, culturel, politique, etc.

DES DROITS :

Nous exigeons :

  • d’être reconnu· e· s comme personnes bi, pan etc. quelle que soit notre situation passée ou actuelle ;
  • de pouvoir vivre nos attirances affectives ou sexuelles sans avoir à les justifier ;
  • de pouvoir, le cas échéant, fonder la famille de notre choix (que l’on soit célibataire, en couple, en multipartenariat…) sans avoir à sacrifier notre orientation et, dans tous les cas, de voir reconnu notre rôle éventuel en matière de parentalité, de statut du beau-parent, de parrain et marraine, d’éducateur·rice ;
  • de disposer d’espaces où il soit possible de s’exprimer, d’échanger et de partager des expériences avec d’autres personnes qui partagent notre démarche ;
  • que les médias rendent compte de l’existence de toutes les orientations sexuelles, et pas seulement de l’hétérosexualité et de l’homosexualité ;
  • que les politiques d’éducation et de prévention, notamment en rapport avec les Infections Sexuellement Transmissibles, traitent la bisexualité, la pansexualité – et plus généralement nos orientations et identités – ainsi que les personnes concernées, avec le même respect et la même importance que ce qui est accordé aux orientations et personnes monosexuelles.

DES DEVOIRS :

Nous sommes pleinement responsables à l’égard de nos proches et de la société. Nous portons en règle fondamentale et impérative le consentement explicite et préalable de notre et nos partenaire·s.

Comme dans toute relation affective, nous leur devons le respect. Cela oblige, au sein du groupe affectif ainsi constitué, à construire des valeurs et repères commun·e·s et accepté·e·s par tou·te·s.

CONCLUSION :

Par ce manifeste, nous nous déclarons également ouvert·e·s à toute personne en questionnement, et partie prenante des luttes de toutes les personnes marginalisées, discriminées, réprimées, exploitées ou brutalisées, en raison de leurs orientations sexuelles et/ou affectives, et/ou de leur identité de genre.

Nous défendons le droit à ces identités sans honte, sans rejet, sans discrimination, sans enjeux de pouvoir, sans violence, nous les affirmons fièrement, avec pour objectif le développement du bien-être et de l’épanouissement.

Respectant chacun·e dans sa différence, nous luttons pour la liberté de tou·te·s.

1 Résolution 1728 de l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe, 29 avril 2010, notamment son article 1 – http://assembly.coe.int/nw/xml/XRef/Xref-XML2HTML-FR.asp?fileid=17853&lang=FR

2 L’hétéro-cis-sexisme est une formule condensée qui recouvre à la fois le vieux fond sexiste, la norme hétérosexuelle prépondérante et, via la marginalisation des personnes transgenres, la prédominance cisgenre.


Version actuelle en français


Versions internationales – traductions de la version de 2007 et 2017.

1 – Grâce à Yen-Hsiu bénévole du groupe Bi The Way vous pouvez lire le texte également en anglais et en chinois :

 
2 – Merci à  Laura, Elena et Valérie pour la version italienne du manifeste 2007

Anciennes versions

Vous pouvez lire la première et la deuxième version du manifeste aux liens suivants.

1 Comment

  1. Bi, trans, autre, votre combat pour avoir le droit d’être vous même dans la dignité et le respect doit être reconnu comme étant l’identique combat de chacun, qu’elle que soit sa singularité, pour vivre son existence à l’intérieur d’un pacte social fondé sur des valeurs citoyennes. Mais parce que l’affirmation du singulier vient perturber le désir normatif, on a le regret de voir l’intolérance se nicher même chez les gai, même chez des gens subissant l’oppression normative. Par conséquent nous les gai, combattons déjà dans nos rangs, pour que la bi-phobie, la trans-phobie, l’autre-phobie disparaissent.

3 Trackbacks / Pingbacks

  1. – Le manifeste bi italien Identité bi:
  2. 2018 en quelques dates -
  3. Vie de l’école : journée de la bisexualité – Worldwide

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.