La bisexualité existe. Ensemble, défendons-la !

TDOV 2018

Le samedi 31 mars 2018, Bi’Cause était à la ballade Coccinelle pour célébrer le TDOV ou en français la Journée de la Visibilité Trans.

Discours lu pour l’occasion

Bi’Cause, association bi pan et ¨+ ,qui a fêté ses 20 ans l’an passé et a officiellement introduit dans ses statuts la pansexualité, est présente aujourd’hui en tant qu’association alliée.

De fait, Bi’Cause n’est pas une association transgenre, mais est partie prenante des luttes pour les droits des trans’, * Sur le plan de l’identité de genre, conformément à ses prises de position constantes, Bi’Cause considère que l’application des principes de Jogjakarta et des résolutions 1728 et 2048 de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe fixe le cadre de référence adéquat. Nous militons activement, dans l’objectif du changement d’état-civil libre et gratuit, sur simple déclaration, pour toute avancée significative perçue positivement par les associations qui ont pour objet les droits des trans, et pour la lutte sans relâche contre toute transphobie, pour la dépsychiatrisation , le respect des droits de chacun-e et contre la transphobie médicale et d’état.

Tout comme nous exigeons le respect de l’autodétermination en termes d’orientations sexuelle et/ou affective, nous le revendiquons aussi concernant l’identité de genre.

Tout comme nous nous dressons contre l’invisibilisation des personnes bi et pan, nous voulons aussi que cessent discriminations et invisibilisation des personnes trans.

Nous luttons pour la visibilité des personnes trans mais aussi pour que toute agression à caractère transphobe soit dévoilée, combattue, comdamnée !

Parce qu’il est inacceptable qu’aujourd’hui des personnes meurent assassinées parce qu’elles sont trans, parce qu’il y a 3 jours encore 3 personnes se faisaient agresser à Paris par des « brigades anti trans », et cet acte barbare révèle une situation bien trop meconnue, surtout quand on voit que l’enquete ouverte l’a été pour « « violences commises en raison de l’orientation sexuelle réelle ou supposée de la victime », » Alors qu’il s’agit d’agression transphobe !

Car c’est partout dans le monde que, tous les jours, des personnes trans sont victimes d’agressions, de meurtre, et que cette réalité est si souvent passée sous silence !

Pour conclure, je dirai qu’à Bi’Cause en fait, les identités de genre de chacun-e sont autant multiples que les orientations, et chacun-e doit être autant visible.

Dans notre association militante mais aussi conviviale nous sommes d’ailleurs beaucoup de personnes trans, et quoi qu’on ait pu entendre dire, bi ou pan, selon notre définition : Nous sommes attiré· e· s affectivement et/ou sexuellement par des personnes de toute identité de genre*, ou sans considération de genre**, que nous ayons ou non des pratiques sexuelles, et nous l’assumons.
il n’y a bien entendu aucun exclusion d’aucune identité de genre
, cela concerne aussi toute personne qui se définit comme non binaire !
Et nous participons
donc avec enthousiasme à chaque événement pour certain-e-s en tant que personnes concernées et, bi’en sûr, en tant qu’association alliée.

Merci

 

© 2015 Bi'Cause, c/o Centre LGBT Paris-ÎdF, 63 rue Beaubourg, 75003 PARIS, Tel 07 68 01 26 92